Dans la peau d’un explorateur botaniste.

Pause café plante

Installez vous confortablement autour d’un thé ou d’un café!  Aujourd’hui je vous invite à regarder d’un autre œil les plantes qui vous entourent. Vous avez dans votre intérieur des plantes du monde entier n’est-ce pas ? L’espace d’un instant, je vous propose d’oublier tout ce que vous connaissez sur celles-ci et de vous mettre dans la peau d’un explorateur botaniste du 17ème siècle ! A travers ce texte documenté et romancé je vous invite à voyager dans le temps. Allons-y!

DANS LA PEAU D’UN BOTANISTE DU 17ème SIECLE. 

 

Spécialiste de la flore, vous vivez sous le règne de louis XIV. En tant que botaniste vous répertoriez, observez et dessinez les plantes qui vous entourent. En attendant de pouvoir un jour explorer le monde, vous passez énormément de temps en France dans les régions de la Provence et du Languedoc, riche pour sa flore. Sous le règne du roi soleil, la vie est souvent difficile et laisse peu de place à l’évolution sociale. Cela ne vous a pas empêché d’étudier la mathématique et la physique car vous êtes curieux de comprendre le monde qui vous entoure.

DES CONNAISSANCES VALORISÉES.

 

 Vous songez à votre enfance, très simple aux côtés de vos parents artisans. Et sur la table éclairée à la chandelle vous aimiez déjà rêver le monde en élaborant des croquis d’animaux fantastique et de plantes surdimensionner.  Mais la France étant très marquée par la chrétienneté, vous rentrez dans un institut religieux à 16 ans, et c’est à Rome que vous allez étudier la botanique. Au fur et à mesure de votre parcours de passionné vous arriverez à vous faire un nom dans le milieu des herboristes et botanistes, et cela grâce à vos excursions d’études collectives. Vos observations sont si pointues et de qualités que vous vous faites remarquer par l’équipe de Louis XIV et notamment par Michel Bégon (collectionneur passionné de botanique). La vie d’explorateur tant rêvé va pouvoir commencer ! Vous êtes nommé pour réaliser une première exploration botanique aux Amériques.

Herbier_Charles Plumier

Dessin nature observation

LES AMÉRIQUES

 

Sur place, à travers la végétation dense, vous récoltez des échantillons de milliers d’espèces. Les feuillages luxuriant  formes des masses de matière épaisses. Découpés, troués, à la fois grimpants et retombants les plantes ont un feuillages qui s’adaptent à leur environnement. Les couleurs vertes dominantes, sont contrastées parfois panachées puis tachetées au sol. L’humidité du sous bois apporte son lot de plantes à petites feuilles nervurées parfois teintées de rouge. Autant d’éléments à répertorier, décrypter directement sur vos planches à dessin. Sur la roche certaines plantes atteignent des dimensions disproportionnées.  D’innombrable variétés s’accrochent aux arbres grâce à des tiges anguleuses qui sembleraient être des racines aériennes. 

 

Etudes-Charles Plumier

Une fois les carnets remplis et les herbier terminés, vous retournez donc en France. Pour vous remettre dans le contexte, c’est durant l’année 1689 que vous réaliserez ce retour qui se fera avec difficultés, parce que l’herbier réalisé sera perdu lors du naufrage de votre bateau.  Vos planches de dessins sont sauvés dans le deuxième bateau qui vous avez accompagné.

UNE SUCCESSION DE VOYAGES

 

Vos recherches sont saluées par le roi en personne. Les Antilles, votre prochaine destination vous fera publier à votre retour le livre  « Description des plantes d’Amériques ». Un autre livre « Nova Plantarum Amerivanum genera » sera publié après un séjour en Guadeloupe, Martinique, Saint-Domingue et au Brésil. Vous y décrirez une centaine de nouveaux genres dont la vanille. Cela afin de partager vos connaissances et observations au plus grand nombres.

 

FIN

Ce voyage vous a plus ? Vous avez été le temps d’une lecture dans la peau de Charles Plumier, botaniste, biologiste et explorateur sous le règne de Louis XIV. Il aura été à l’origine de nombreux noms de plantes. Le bégonia pour Michel Bégon, le fuschia pour Léonhart Fuchs , le magnolia pour Pierre Magnol , afin d’honorer leurs mémoires. Imaginer l’émerveillement de cet homme lors de ces nombreuses découvertes végétales fait rêver n’importe quel jardinier ! Et vous, auriez vous adopter la vie d’ un explorateur ?

Nous avons la chance à travers notre communauté, d’échanger et de partager nos connaissances des végétaux qui nous entoure. J’ai hâte de découvrir encore de nouvelles plantes grâce à vous ! A bientôt pour échanger nos trouvailles!

Cet article vous a plus ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire. A bientôt! 

Bouture Monstera deliciosa

Sources: Le conservatoire du begonia,Rocheford/ Wikipedia

Le Conservatoire du Bégonia Rocheford

Broderie bégonia

L’INSPIRATION DE LA COLLECTION
Je porte de plus en plus d’attachement aux variétés de Begonias. Il y a tellement d’espèces que faire un choix relève du parcours du combattant ! Une fois choisi il faut l’étudier en broderie, ma partie préférée ! Mon attention s’est portée sur le begonia de Frank de @aufildesplantes qui a très volontiers accepté de me le prêter pour une création. J’ai adoré le valoriser au conservatoire du begonia de Rocheford. Il s’agit d’un Begonia Little Brothers Montgomery, oui rien que cela ! J’ai été intrigué par son histoire et charmée par son fabuleux graphisme.

MON ARRIVEE AU CONSERVATOIRE DU BEGONIA
Une matinée presque seule mais entourée de milliers de feuillages. À la fois grimpants, retombants, gaufrés, dentelés, découpés, vous y croyez ? J’y suis ! Le conservatoire du begonia c’est une visite incontournable de la ville de Rocheford pour tous les botanistes en herbe.

Begonia collection
Begonia Bunchii Sport de B.Erythrophylla


LE BUT DU CONSERVATOIRE 
Le personnel présent sur le site nous permet d’observer toutes les espèces conservées depuis des années. Ce sont eux les garants de la préservation des espèces. Ce jardin botanique spécialisé sur une variété de plantes en particulier, le rend unique au monde. C’est une banque de données plantes et d’hybrides incroyables collectés par le biais de nombreux échanges à travers le monde et la réalisations de croisements d’espèces. (A voir hybridotheque)


A DÉCOUVRIR

place, vous apprendrez que tout a commencé par une collection de 200 espèces appartenant à un particulier . En 1987, une association toujours très active est créée afin de valoriser les connaissances liées aux bégonias. Le jeune horticulteur spécialiste du genre, Patrick Rose réussira à développer la collection. C’est ainsi que la serre que nous connaissons aujourd’hui verra le jour.

Begonia
Begonia Impcslalis Silver Stripes


LES ESPECES INTRODUITENT
Des variétés Japonnaises proviennent du jardin botanique Damagi . Des bégonias d’origine Chinoise sont introduitent par l’intermédiaire de la Japon begonia society. Les Etats unis également réalisé des échanges avec le conservatoire. L’incontournable begonia rex observable sous différentes formes, est très présent dans nos intérieur, à été réintroduit en Europe en 1987. Des relations sont créées au Brésil car la flore y est extrêmement riche et abrite une quarantaine d’espèces begonias.

Begonia Bettina Rothshild
Begonia Bettina Rothshild


VOYAGES
Les voyages fond donc partie intégrante de la vie du conservatoire. Comme évoqué, le Brésil mais aussi le Gabon aura marqué l’histoire du conservatoire. Un entomologist spécialisé des papillons trouveras une especes rare de begonia à fleurs jaunes en forêt tropicale.
Aujourd’hui la collection est partagée sur le Web grâce au site internet afin d’aider les amateurs à identifier et répertorier leurs protégés !
N’hésitez pas a le conulter : www.begonia.rocheford.fr

Cinq minutes pour méditer. Ancrage.

« Le motif végétal est un motif qui est central chez moi, l’arbre est là. Il est partout, il m’inquiète, il me nourrit. » Aimé Cesaire

Oui, utilisons la nature qui est autour de nous pour régénérer notre énergie. Utilisons l’image des racines d’un arbre afin de nous ancrer dans le sol et ainsi stabiliser nos pensées. Prenons l’image d’un chêne, celui peint par Gustave Courbet. (lien ci-dessous) Ou encore choisissez l’Epicea monumentale originaire de Serbie et visible du jardin des plantes de Nantes.

Cette technique est idéale si vos pensées sont saturées vous provoquant épuisement et stress.

Exercice en 5 min :

1. Posture debout. Ancrez vous.

2. Fermer les yeux, imaginer les racines sous vos pieds. Garder l’équilibre; concentrez vous sur vos objectifs de la journée. Calmez vos tensions, inspirez ; et chassez vos pensées négatives par le biais d’une expiration.

3. Ressentez l’énergie que les racines diffusent: Dans vos jambes, votre buste, le bas de votre dos, vos épaules, vos bras jusqu’au bout de vos doigts.  Votre visage est agréablement détendu.

4. Détente de l’ensemble de votre corps. Ouvrez les yeux. Appréciez pleinement le moment que vous venez de passer.

« Le Chêne » de Courbet: https://musee-courbet.doubs.fr/?oeuvre=le-chene-de-flagey

Jardin des plantes de Nantes: https://www.nantes.fr/jardin-des-plantes