J’ai entendu dire que parler aux plantes les rendraient plus belle. Une chose est sûr, les chouchouter et déjà une première étape vers leur bon développement. Toucher, dépoussiérer, vaporiser les feuilles désireuses d’humidité, autant de gestes quotidien qui rendront plus belle vos petites protégées. Elles ont besoins de retrouver les conditions présentes dans leur pays d’origine. Renouveler l’air régulièrement permet d’éviter aux parasites de s’installer sur vos plantes. Au-delà de leurs aspects extérieurs, les végétaux qui nous entourent se nourrissent par le sol grâce à leurs racines. La plupart des plantes notamment en intérieur préfèrent un sol léger et aéré. Cette matière que l’on appelle le substrat est constituée de différents nutriments permettant le développement de la plantes.

L’Argilo-Humique

Rentrons dans le vif du sujet. La règle numéro une et bien entendu la bonne qualité du sol qui permet le bon développement de la plante. Il doit posséder une bonne rétention d’eau et une certaine stabilité afin de garantir une croissance idéale pour le végétal. L’humus et l’argile compose l’Argilo-Humique. Plus précisément, c’est « le relais » entre les matières organiques du sol et la plante. L’activité biologique des sols y est constante grâce à celle-ci. C’est le terrain de jeu favori des micro-organismes, champignons, végétaux et des animaux. Invisible à l’œil nu, les micro-organismes sont indispensables. En effet, ceux sont eux qui auraient été à l’origine des premières formes de vie sur terre.

Il y a 200 millions d’années, les algues et les champignons ont permis de donner naissances à des fougères géantes. A cette époque les plantes rejetaient neuf fois plus de dioxyde de carbone que aujourd’hui, ce qui a permis d’assainir la planète.

Végétal
Arbre

 

Comment se développe une plante?                                                                                             

Comme évoqué, la qualité du sol mais aussi de l’atmosphère, la lumière et l’eau représentent un cocktail de réussite assuré. C’est ce qu’on appelle la photosynthèse.

Les nutriments sont captés par les racines de la plantes  qui montent au niveau de la tige et des feuilles. Aux jardins, installées directement en terre les plantes trouvent les éléments nutritifs nécessaires. En pot, l’apport d’engrais et recommandé pendant une partie de l’année. A intérieur comme à extérieur, c’est parfois difficile de suivre tout ce joli petit monde, mais quelques signes préventifs ne trompent pas! Régulièrement vérifiez si la terre est sèche sur un à deux centimètre de profondeur. Si c’est le cas un bon arrosage s’impose. (Hors cactus et succulentes). Le système d’arrosages tels que les « Oyas »  pourrons vous aider à gérer les plantes difficile tel que les Calathéas.

Dans mon  jardin, j’ai la chance d’avoir un récupérateur d’eau. Outre son aspect économique, l’eau de pluie est bénéfique pour vos plantes par ses nutriments naturels. Ne vous inquiétez pas il m’arrive d’arroser quelques plantes à l’eau du robinet par manque de temps et je n’ai pas eu de problèmes.

Calathéa Insignis et son système d’OYAS

 

La frontière du végétal et de l’animal.

De récentes études ont prouvées que le chant des oiseaux augmentait la création de protéines dans les feuilles des arbres. Notamment certaines fréquences comme celle du Pinson. Descendants direct des dinosaures, les oiseaux participent au bon fonctionnement de l’écosystème et le soigne. Il est donc possible que ce phénomène s’applique à de nombreuses plantes. C’est comme si le végétal et l’animal ne faisait plus qu’un.

Petite histoire de la photosynthèse.

Comme évoqué, les plantes poussent grâce à quatre éléments. C’est ce qu’Aristote en l’an 300 AV JC avait découvert. Le philosophe lors de ses études avait également évoqué que le cosmos faisait parti intégrante du développement des végétaux.

A la renaissance, c’est un dénommé Vanalmen mettra en lumière le fait que la vapeur d’eau est essentiel. Celle-ci est capable de transporter d’autres molécules.

Bégonia
Conservatoire du bégonia-Rocheford

 

FIN.

 

J’espère que cet article vous aura permis d’aller plus loin et d’en savoir plus sur les besoin des plantes. L’environnement qui nous entoure est le garant de leur équilibre et de leur longévité. La frontière entre végétaux, minéraux et animaux n’existe plus, bien au contraire tout est lié.

N’hésitez pas à commenter cet article et me dire ce que vous en avez pensé !

A bientôt !

 

Sources:

Conférences sur la neurobiologie Olivier Michler: https://www.chemindelasource.fr/

Instagram: https://www.instagram.com/p/B2JWAlDiMI5/?utm_source=ig_web_copy_link

Le conservatoire du Bégonia de Rocheford

OYAS: http://www.oyas-environnement.com/

Wikipédia